Ciné Guide
Sorties e-cinéma

Le bonheur est-il dans le pré ?

Top 10 des films de paysans

Depuis vendredi 13 juillet, e-cinema.com vous propose un drame en milieu fermier avec l’intense The Levelling. L’occasion de se rappeler que le cinéma s’est penché plus d’une fois sur la condition paysanne pour en montrer l’extraordinaire difficulté.

Pour confectionner ce top 10, nous nous sommes axés principalement sur la capacité des films à nous montrer avant tout à quel point il est difficile d’exercer les métiers de la terre. Le cœur du récit devait donc être tourné sur les enjeux de survie en milieu paysan. C’est ainsi que vous ne retrouverez pas par exemple le sublime film de Malick, Les Moissons du ciel.

 10

Black sheep (2008) de Jonathan King

Black sheep (2008) de Jonathan King

On commence en force avec un film horrifique comique qui peut facilement vous passer l’envie de devenir un jour berger si jamais l’idée vous a traversé l’esprit. Marchant sur les traces de son célèbre compatriote, Peter Jackson qui avait démarré avec un Bad taste complètement barré, Jonathan King met aux prises des fermiers face à leur bétail devenu des monstres assoiffés de sang suite à des manipulations génétiques. Assumant totalement son côté gore et déjanté, Black sheep n’est pas une date incontournable du genre, mais reste absolument réjouissant de bout en bout.

black sheep de jonathan king

 

9

L’Homme du sud (1945) de Jean Renoir

L’Homme du sud (1945) de Jean Renoir

Film complétement méconnu de la période américaine du grand cinéaste Jean Renoir, L’Homme du sud a permis à son auteur d’être nominé à l’Oscar du meilleur réalisateur. Dans la droite lignée des Raisins de la colère de John Ford mais avec un ton bien plus léger, le film s’avère une vraie curiosité de par la capacité qu’a eue Jean Renoir à intégrer absolument toutes les valeurs américaines. On retrouve la patte de l’auteur de La Règle du jeu dans sa capacité à brosser le portrait de ces fermiers luttant avec cœur contre l’adversité.

L’Homme du sud (1945) de Jean Renoir

 

 8

Les saisons du cœur (1984) de Robert Benton

Les saisons du cœur (1984) de Robert Benton

En 1984-1985, le cinéma d’auteur américain a semble-t-il été investi d’un désir de montrer les conditions difficiles dans lesquelles les fermiers vivaient. Pour preuve, la présence de trois films de cette époque dans notre top. Mieux, les comédiennes principales de ces trois films se sont affrontées à l’Oscar de la meilleure actrice. Et c’est Sally Fields pour Les Saisons du cœur qui l’a emporté, empochant sa seconde statuette après celle reçue pour Norman Rae. Superbement entourée (Ed Harris, Danny Glover, John Malkovich, Terry « Lost » O’Quinn), la comédienne joue sur du velours avec cette veuve qui doit tenter de faire tourner sa ferme malgré les dettes et la dureté de la tâche. Signé par le réalisateur de Kramer contre Kramer, le film s’appuie sur un solide récit (Oscar du meilleur scénario à la clé) qui donne l’occasion à son prestigieux casting de briller (joli numéro de Malkovich en aveugle désœuvré).

 

7

Country, les moissons de la colère (1984) de Richard Pearce

Country, les moissons de la colère (1984) de Richard Pearce

« Dans ce pays, quand la terre est ta vie, tu te bats pour ta vie ». L’accroche annonce la couleur et résume parfaitement l’intensité du film et du jeu de son actrice principale, Jessica Lange à qui on aurait donné la statuette plutôt qu’à Sally Field. Aux côtés de son compagnon de l’époque, l’immense Sam Shepard, miss Lange donne tout et fait montre d’une conviction absolue pour conjurer le sort qui s’abat sur sa famille. Un beau film féministe qui rappelle à quel point l’homme n’est presque rien sans la femme.

Country, les moissons de la colère (1984) de Richard Pearce

 

6

La Rivière (1984) de Mark Rydell

La Rivière (1984) de Mark Rydell

 Sissy Spacek est la troisième nominée à l’Oscar de la meilleure actrice en cette année 1985. Habituée des lieux à cette époque (5 nominations entre 1977 et 1987 et un Oscar à la clé pour Nashville lady), la géniale comédienne est pourtant plus en retrait dans cette histoire de fermiers ne voulant pas abandonner leurs terres pourtant en danger d’être inondées. C’est un jeune et beau Mel Gibson, alors au début de sa carrière américaine, qui marque durablement les esprits. Il incarne à la perfection la dignité et la conviction de ce fermier prêt à tout pour faire vivre sa famille sur sa terre natale. Filmé sans génie par le réalisateur de The Rose, La Rivière est un joli petit film oublié rehaussé par une formidable bande originale de John Williams, le thème principal étant comme toujours chez le maestro un petit bijou.

La Rivière (1984) de Mark Rydell

 

5

Petit paysan (2017) de Hubert Charuel

Petit paysan (2017) de Hubert Charuel

César amplement mérité du premier film, Petit paysan étonne par sa capacité à mélanger les genres. Proche du documentaire dans sa capacité à nous plonger au cœur d’un élevage de vaches en difficulté, le film d’Hubert Charuel (retrouvez son quiz cinéma ici) prend des allures de thriller quand il s’agit pour son héros de lutter contre une contamination avérée qui met en péril son exploitation. Avec ses deux épatants acteurs principaux, Swann Arlaud et Sara Giraudeau qui n’ont pas volé leur César d’interprétation, Petit paysan s’impose comme l’une des plus belles surprises que le cinéma français ait pu nous offrir ces dernières années.

Petit paysan (2017) de Hubert Charuel

 


 4

Jean de Florette (1986) de Claude Berri

Jean de Florette (1986) de Claude Berri

On aurait pu citer presque tous les Pagnol tant le thème du travail de la terre et la condition paysanne sont au cœur de son œuvre. On a choisi la plus célèbre de ses adaptations. Avec son casting qui fait rêver (Depardieu, Montand, Auteuil), le Jean de Florette de Claude Berri est un poids lourd absolu du cinéma français. Avec plus de 7 millions de spectateurs lors de sa sortie et des multidiffusions à la télévision, le film est entré dans notre patrimoine cinématographique. Il n’a rien perdu de son charme et parvient même à échapper à son cadre de dépliant touristique grâce notamment à l’intensité du jeu de ses comédiens magnifiant l’éternelle tragédie de la cupidité des hommes.

Jean de Florette (1986) de Claude Berri

 

3

Babe, le cochon dans la ville (1999) de George Miller

Babe, le cochon dans la ville (1999) de George Miller

Dans un premier temps, on frise le hors-sujet. Pourtant, à y regarder de plus près, la survie de la ferme est au cœur de l’intrigue. C’est pour tenter de sauver la ferme qui l’a accueilli que notre cochon préféré, Babe, part en ville. Cela donne l’occasion à George « Mad Max » Miller d’exploser en inventivité le film original qui tenait avant tout par son procédé rigolo des animaux parlants. Suite humaniste qui règle ses comptes avec une société cupide, Babe, le cochon dans la ville n’est qu’amour de l’autre. C’est une œuvre importante et bien trop souvent oubliée qui devrait être obligatoire à l’école et plus généralement un peu partout pour nous rappeler les préceptes du savoir-vivre. Le monde n’en serait que meilleur !

Babe, le cochon dans la ville (1999) de George Miller

 

2

Jusqu’au bout du rêve (1989) de Phil Alden Robinson

Jusqu’au bout du rêve (1989) de Phil Alden Robinson

Film profondément américain, au point de ne pas être assez reconnu de ce côté-ci de l’Atlantique, Jusqu’au bout du rêve est une fable humaniste comme on les aime. Il y est question d’un fermier prêt à mettre en péril son exploitation pour construire un terrain de base-ball sur son champ de maïs parce qu’il est persuadé que cela va faire revenir les fantômes des grands joueurs. Porté par Kevin Costner, le plus américain des acteurs de sa génération, l’incarnation parfaite de la noble Amérique, le film de Phil Alden Robinson est d’une poésie folle. Son message rempli de bons sentiments mettant en avant l’importance de tenir bon face à l’adversité et de croire en ses rêves, aurait pu être mièvre. Il est tout le contraire et nous touche profondément. Un vrai film culte !

Jusqu’au bout du rêve (1989) de Phil Alden Robinson

 

1

Les raisins de la colère (1940) de John Ford

Les raisins de la colère (1940) de John Ford

Un numéro 1 presque comme une évidence. Un incontournable de la littérature qui est devenu un film tout aussi majeur. L’un des plus célèbres de son auteur. Alors bien sûr, on est ici plus dans la fuite vers un avenir meilleur et non dans la lutte pour faire tenir coûte que coûte l’exploitation déjà existante. Mais, comment passer à côté d’une œuvre bouleversante qui montre ces familles désœuvrées partant sur la route dans un exode forcé avec l’espoir infime d’avoir une vie décente. Dans l’un des plus beaux noir & blanc du monde, Les Raisins de la colère prend aux tripes comme peu de films ont su le faire avant et après.  

Les raisins de la colère (1940) de John Ford

Publié le 14/07/2018 par Laurent Pécha

Partager sur Twitter
Partager sur Facebook

LES FILMS E-CINEMA

Ne ratez pas nos films e-cinéma

À lire également

Les derniers articles de notre blog.
Les news

Profitez de cinéma en hors-connexion pour vos vacances

Les news

Le Black Friday sur e-cinema.com

Les news

e-cinema.com disponible sur les Freebox Mini 4K via Google Play

Ciné story

Les meilleurs films de Noël

Les articles les plus lus

Ciné story

Top 10 des films pas chers qui rapportent un max

Tous les producteurs de la planète en rêvent : le jackpot du film au budget riquiqui qui cartonne au box-office mondial. Nous avons dressé...

Ciné story

La bataille des films de tueurs en série

Les films mettant en vedette des tueurs en série sont légions. À l’occasion du singulier My Friend Dahmer, disponible...

Les articles les plus partagés

Ciné story

Marvel vs Warner : qui a les meilleurs acteurs oscarisés ?

La bataille pour les sommets du box-office qui oppose Marvel et Warner via les adaptations des œuvres DC Comics est de plus en plus...

Ciné story

Top 10 des crashs auto au cinéma

À l'occasion de la sortie sur e-cinema.com de LA MÉMOIRE ASSASSINE qui contient un impressionnant accident de voiture, voici...