Ciné Guide
Sorties cinéma

Il ne doit en rester qu'un

Duel de films : Firstman vs The Predator

Aller au cinéma, ça prend du temps et ça coûte de l’argent. Il faut donc parfois trancher. On vous aide en analysant point par point les qualités et défauts des films.

 

Cette semaine, deux films américains s’affrontent. L’un raconte l’histoire d’un homme qui veut aller sur la Lune, l’autre fait le chemin inverse et met en vedette un alien venu envahir notre Terre. La nouvelle collaboration Chazelle-Gosling vs le retour d’un des monstres les plus iconiques du 7ème art. Firstman vs The Predator. Lequel va-t-on voir ?

La bataille se fera en cinq critères qui permettent de décortiquer les films. Et fort logiquement, celui qui en remporte le plus sera donc le film à aller voir en priorité cette semaine.

 

 

SCÉNARIO

Sur le papier, le duel promet beaucoup entre un jeune auteur, Damien Chazelle, coqueluche d’Hollywood et des critiques depuis l’explosion Whiplash et le phénomène La La Land et un scénariste, Shane Black, consacré et adulé par une solide base de fans qui ne s’est jamais remise de L’Arme fatale et autre Last action hero. Pourtant l’affrontement tourne court. Le plus jeune a tout loisir pour raconter sa vision des choses, proposant un regard très personnel sur l’odyssée émotionnel de Neil Armstrong, bien loin d’une glorification à la mode L’Etoffe des héros.

De son côté, le vétéran n’a pas eu toutes les cartes en mains et son désir de relancer une franchise mise à mal par des épisodes précédents atroces (Predators et les deux épisodes Alien vs Predator) est tempéré par une production que l’on imagine bien compliquée et frustrante (le film a subi des reshoots et des coupes, et cela se devine constamment). En une quinzaine de minutes particulièrement réussies, Black pose de multiples pistes passionnantes pour créer les socles d’une mythologie que l’on rêve voir se développer dans de futurs films ou même une série, mais bien vite, le château de cartes s’effondre et les incohérences, les maladresses prennent le dessus. Alors que de l’autre côté, Chazelle garde constamment sa ligne de conduite de mettre en parallèle l’exceptionnel (la conquête de la Lune) et le banal (la vie de couple et les fantômes d’une mort tragique).  

   VAINQUEUR : Firstman

RYAN GOSLING DANS FIRSTMAN

 

RÉALISATION

Si du côté du scénario, la bataille a tourné vite court, du côté de la réalisation, les choses sont nettement plus serrées. On a affaire ici à deux pointures dans le domaine qui ont prouvé par le passé leurs immenses qualités. Là encore, Chazelle surprend en choisissant une mise en scène proche de ses comédiens, usant beaucoup (essentiellement) de plans caméra à l’épaule. Il renforce l’intimité de son récit, les séquences les plus marquantes étant d’ailleurs au sein de la famille Armstrong. Même s’il faut lui reconnaître d’être aussi à la hauteur au moment tant attendu de l’arrivée sur la Lune, avec en prime une idée visuelle qui risque fort de faire lâcher une petite larme aux plus sensibles.

Ayant déjà tâté du blockbuster avec le mal aimé Iron Man 3, pourtant et de loin le mieux shooté des épisodes de la saga, Shane Black sait parfaitement rendre l’action spectaculaire. Il ne lui faut qu’une poignée de plans pour nous faire comprendre que le niveau visuel est bien plus proche des deux premiers Predator que de ce qui a suivi. On éprouve un plaisir non feint à retrouver le Predator dans des séquences qui ont de la gueule. D’autant que le monsieur est très généreux lorsque les combats s’enclenchent. Malheureusement, il faudra faire avec des VFX à la qualité très irrégulière et certaines idées peu concluantes (les chiens Predator en tête). Au final, on a l’impression que cette nouvelle mouture du Predator oscille sans cesse entre les deux spectres de la franchise, en n’arrivant qu’à effleurer l’efficacité de l’opus de Stephen Hopkins.

   VAINQUEUR : Firstman

CLAIRE FOY ET RYAN GOSLING DANS FIRSTMAN

 

INTERPRÉTATION

Les acteurs de The Predator font le taff à commencer par Boyd Holbrook (le méchant dans Logan) que l’on n’attendait pas à pareille fête. Mais faute de solide partition même si les bons mots de Black sont toujours de la partie, ils ne font jamais oublier le commando de Schwarzy (dont Shane Black faisait d’ailleurs partie) et sont plus là comme chair à saucisse pour Predator. Mention spéciale dans le grand n’importe quoi à Olivia Munn qui passe en un éclair d’éminente prof universitaire à sniper d’élite. On a alors eu une pensée émue pour Denise Richards, scientifique spécialisée en nucléaire dans le James Bond, Le monde ne suffit pas.

Après l’avoir fait briller dans The Nice guys, Shane Black sait que Ryan Gosling a l’étoffe pour marquer les esprits. C’est d’autant plus évident dans Firstman que l’acteur joue une partition où il excelle, celle du mutisme introverti qui fit sa renommée dans Drive. Si le procédé intimiste orchestré par Chazelle marche si bien, c’est avant tout parce que Gosling en est l’incarnation parfaite. D’autant qu’à ses côtés, il trouve en Claire Foy une formidable partenaire de jeu. L’interprète de la Reine Elizabeth dans The Crown, trouve ici son premier grand rôle au cinéma et à la vue de sa capacité à voler les scènes, on ne s’inquiète pas de son avenir sur grand écran.

  VAINQUEUR : Firstman

CLAIRE FOY DANS FIRSTMAN

 

PLAISIR IMMÉDIAT

Par son côté volontairement déceptif, par ce désir de renier l’aspect spectaculaire de son récit et de montrer bien plus la face sombre de l’Histoire, Chazelle fait de Firstman un objet pas facile à appréhender. Il faut un peu de temps pour percer le film et en accepter les intentions artistiques (on est et sera toujours plus Team L’étoffe des héros pour notre part). Au contraire, The Predator est le blockbuster dans toute sa splendeur dont le niveau de satisfaction s’estompe au fil des minutes. Passé le plaisir de se rendre compte que le film de Shane Black n’est pas la catastrophe redoutée et vaut bien mieux que les derniers films en date de la franchise, on en vient aussi à se rendre compte de tout ce qui aurait pu être et n’est pas. 

  VAINQUEUR : The Predator

THE PREDATOR de shane black

 

CE QUI VA EN RESTER

Chazelle continue sur sa lancée et il y a de grandes chances de voir son Firstman glaner un paquet de nominations aux futurs Oscars. Sans doute pas pour gagner la statuette majeure qu’il avait remporté pendant une poignée de secondes à l’époque de La La Land. Mais indéniablement, le film se glisse dans une filmographie et une thématique qui continuent, qu’on le reconnaisse ou non, à en faire un des plus brillants cinéastes de son temps. Pour Shane Black, The Predator confirme que le monsieur a besoin d’une totale liberté et que les gros films de studio ne sont pas pour lui même s’il parvient toujours à y mettre une patte qui les rendent nettement plus comestibles que la production lambda du genre. En l’état (on rêve d’une improbable director’s cut), le film laisse le sentiment que la franchise ne comporte toujours que deux films hautement recommandables. Un peu comme celle des Dents de la mer.

 VAINQUEUR : Firstman

firstman avec ryan gosling en neil armstrong

 

VAINQUEUR FINAL

Publié le 16/10/2018 par Laurent Pécha

Partager sur Twitter
Partager sur Facebook

LES FILMS E-CINEMA

Ne ratez pas nos films e-cinéma

À lire également

Les derniers articles de notre blog.
Ciné story

Interview Greg Kwedar (Transpecos)

Ciné Guide

Valeria Golino en 13 rôles

Ciné story

Les films de sa vie : Kjersti Steinsbø (Hevn)

Ciné story

Interview Kjersti Steinsbø (Hevn)

Les articles les plus lus

Ciné story

Top 10 des films pas chers qui rapportent un max

Tous les producteurs de la planète en rêvent : le jackpot du film au budget riquiqui qui cartonne au box-office mondial. Nous avons dressé...

Ciné story

Steven Spielberg : Du pire au meilleur

À l'occasion de la sortie de Ready player one, on vous propose le classement des films réalisés par celui qui est depuis plus de 40 ans...

Les articles les plus partagés

Ciné story

Les meilleurs films de Noël

Noël, les fêtes, les vacances bien méritées, l’occasion de se faire une orgie de films dans son salon. On...

Ciné story

Tom Cruise : Du pire au meilleur

A l'occasion de la sortie de Mission : Impossible Fallout mercredi 1er août, on vous propose le classement des films de Tom Cruise, l'indestructible...