Ciné Guide
Sorties e-cinéma

Le rôle d'une vie

Interview Mylène MacKay (Nelly)

Jeune comédienne québécoise, Mylène Mackay est encore toute fraîche dans l’univers du cinéma mais promise à un bel avenir si on en juge par l’incroyable performance qu’elle livre dans Nelly où elle incarne la romancière Nelly Arcan. Rencontre avec un sacré bout de femme.

mylène mackay (nelly)

 

Pouvez-vous nous parler un peu de votre parcours avant de décrocher le rôle principal de Nelly ?

J’ai commencé à faire du cinéma il y a seulement 3 ans avec André Turpin qui m’a choisie pour le film Endorphine. C’était un film sur la nature du temps. Je viens du théâtre. J’en fais depuis que je suis enfant. J’ai fait l’école nationale du théâtre pendant 4 ans. C’est un peu comme un conservatoire.

Après Endorphine, j’ai travaillé avec un réalisateur québécois très connu, André Forcier pour son film Embrasse-moi comme tu m’aimes.  Et ensuite, ce fut l’aventure Nelly avec Anne Emont. C’est un film que l’on a beaucoup montré dans des festivals.

 

interview mylène mackay - Nelly

 

Comment avez-vous obtenu le rôle ?

Anne a voulu voir de nombreuses comédiennes. Le rôle était très exigeant puisqu’il y a quatre facettes de la même femme à incarner. Elle a demandé à une quarantaine d’actrices de passer des auditions. Je me souviens encore de la mienne, il s’agissait de la séquence chez le psychanalyste. Il y avait un monologue de trois pages à jouer. J’ai dû aussi jouer une scène où Nelly est en mode escort. Et après, j’ai été rappelée pour voir si je pouvais jouer les autres facettes du personnage.

Nelly avait un regard sur le monde extrêmement lucide et mature. Et c’est quelque chose qui ne fait pas partie de moi. J’ai dû aller le chercher. J’ai plongé dans les tréfonds de sa souffrance. Anne m’a demandé d’être capable de faire croire aux spectateurs que j’avais écrit cinq livres. Elle a voulu que j’acquière cette maturité-là.

 

Connaissiez-vous l’œuvre de Nelly Arcan avant de vous embarquer dans l’aventure ?

J’avais presque tout lu d’elle. En sortant de l’école, j’ai fondé avec une autre actrice une compagnie de théâtre. Et un de nos thèmes favoris tournait autour de l’obsession de la beauté, le côté femme objet. On a beaucoup travaillé autour.

Au point de créer un spectacle qui était très politique. On a bossé avec une chorégraphe qui était une amie proche de Nelly. Elle nous en a beaucoup parlé avec toujours cette caractéristique des gens qui la connaissaient d’être très précise sur sa personnalité. Je n’ai malheureusement jamais pu rencontrer Nelly, mais à travers les propos tenus par cette chorégraphe, j’ai l’impression de l’avoir connue.

 

Le film a une structure très singulière. On est loin du biopic classique tant on passe d’une époque à une autre, au point de se demander si on est toujours face à la même personne, la même vie.

On a tenté d’être dans sa tête. On cherchait à retranscrire ses peurs, ses crises identitaires. Nelly a toujours cherché à être l’amoureuse parfaite, l’escort parfaite, d’être l’auteur à succès. Elle avait des grandes angoisses par rapport à son désir de plaire. Je n’ai jamais ressenti le manque d’une histoire chronologique tant tout passait par son regard. Ce qui était fascinant avec Nelly, c’est cette fuite sans cesse, son côté insaisissable. Plus on s’approchait d’elle et plus elle s’éloignait. 

Cela a peut-être déstabilisé les spectateurs qui venaient voir le film en espérant des réponses plus claires sur la vie et la disparition de Nelly. Mais, cela n’a jamais été le but du film de vouloir répondre à ces questions. En étant plus dans les sensations, je trouve que le film devient plus universel. Il a ainsi cette capacité à toucher plus de gens et notamment des femmes qui peuvent se retrouver dans le portrait que l’on a brossé.

 

 

Le côté tragédie de la vie de Nelly Arcan reste le moteur principal du film. Le côté heureux que l’on a pu déceler lorsqu’on la voyait sur les plateaux télé, est finalement presque absent du récit. Pourquoi un tel choix ?

Il y a pourtant quelques moments de joie comme celui où on lui apprend qu’elle va être publiée. Mais, c’est vrai que chez Nelly, un compliment impliquait un aspect forcément négatif. Elle était capable de dire : « ah, si tu penses ça de moi maintenant, ça veut dire que tu n’avais pas cet avis avant. » ou « si tu dis que c’est ce livre que tu préfères, ça veut dire que les autres, tu ne les aimes pas. » Clairement, Nelly était quelqu’un qui voyait toujours le verre d’eau à moitié vide. Lorsque quelque chose se passait bien dans sa vie, cela devenait anxiogène, car elle avait tout de suite peur de tout perdre et elle se projetait déjà sur ce qui n’allait plus être bien.

Pour rester fidèle à Nelly, Anne a rencontré toutes les personnes qui la connaissaient. 1/3 du film sont des vrais faits. 1/3 proviennent des romans de Nelly et 1/3 vient de l’imagination d’Anne.

Pour tenter de la résumer, on pourrait dire que Nelly n’avait pas le bonheur facile.

 

 

La nudité et les scènes de sexe n’ont beau ne pas être si nombreuses que ça, le film a un côté cru des plus déstabilisants, notamment la séquence chez le psychanalyste.  

Parce que l’écriture de Nelly est incroyable. Il y a quelque chose à la fois d’extrêmement érotisant et d’extrêmement violent. On est tout aussi mal et excité au contact de ses mots. Et tout se côtoie dans une même phrase. Elle avait cette capacité à créer chez le lecteur l’envie d’en savoir plus tout en lui donnant presque envie de vomir face à la situation. Son premier roman, « Putain », c’est vraiment ça. On a l’impression qu’elle l’a écrit d’un souffle, qu’elle était dégoûtée de ce milieu-là, mais en même temps, elle l’exerce. C’était un véritable paradoxe.

Elle avait ce besoin malsain d’aller jusqu’au bout, de continuer à étudier ces hommes, d’être l’unique source de leur plaisir. Elle avait ce côté blessé et en même temps elle était curieuse et voulait en savoir plus. Je me suis demandé si elle faisait ça pour écrire un livre. On a très rarement accès à la vision d’une escort brillante. Et Anne est parvenue brillamment à retrouver cette fascination et ce désir en inventant les dialogues justes.

 interview mylène mackay - Nelly

 

En tant qu’actrice, ce sont des séquences très dures sur le plan émotif. Comment s’y prépare-t-on ?

Pour la scène chez le psy, j’étais forcément bien préparée puisque c’est la séquence pour laquelle j’ai auditionné. En plus, entre le moment des auditions et le début du tournage et notamment cette séquence, plusieurs mois ont passé et j’ai eu le temps de laisser chaque mot résonner en moi. Au tournage, on a fait 5 prises, c’était un plan séquence, je devais y aller à fond et je me suis abandonnée complètement aux mots. J’ai la chance depuis toujours d’avoir cette capacité au lâcher prise. Rien ne me fait peur dans ce genre de scènes. Plus les séquences sont difficiles, plus je parviens à me libérer.

 

Malgré un destin tragique, le film montre aussi que de femme objet (son métier d’escort), Nelly parvient à être forte et dominer les situations.

Elle maîtrisait tellement les codes. Elle parvenait à prendre ce dont elle avait besoin pour elle. Elle était capable de jouer le jeu, de se détacher, mais il s’y perdait aussi sans peut-être s’en rendre compte. Elle a dit qu’après le premier client, il y a quelque chose qui est mort en elle. Nelly appelait son corps « une burqa de chair ». Il y avait une envie de sortir de ces critères de beauté tout en s’avouant vaincue. Dans ses livres, il y a toujours cette opposition entre victime et combat. Ce qui me reste d’elle, c’est bien plus sa force que sa fragilité.

D’ailleurs en l’incarnant, cela m’a rendu beaucoup plus forte comme femme.

 

 

Son obsession de plaire semblait maladif. Même sur les plateaux de télé, elle était provocante.

Elle cherchait à dénoncer ce rapport malsain entre hommes et femmes. Malgré son allure, elle était très féministe. Elle avait beau avoir fait beaucoup de chirurgie esthétique, je trouvais émouvant qu’elle puisse nommer ce qui lui faisait le plus mal et de l’assumer totalement. En faisant tout cela, elle parvenait à pointer du doigt les travers d’une société qui oblige les femmes à passer par un tel stade pour durer.

Pourquoi est-ce si dur pour une actrice d’avoir des rôles après 40 ans ?  Pourquoi les femmes se font systématiquement critiquer sur leur apparence ? Pourquoi les hommes ont-ils le droit de s’habiller comme ils veulent ? Pourquoi ont-ils le droit d’être gras et être en tee-shirt ? Pourquoi ont-ils le droit de faire ce qu’ils veulent et pourquoi est-ce si compliqué pour nous les femmes ? C’est vraiment ce que défendait Nelly et elle montrait à quel point tout cela pouvait être étouffant pour les femmes.

On a envie d’être là juste pour notre intelligence et pourtant on se fait constamment ramener à notre apparence. Même la plus brillante des femmes peut se prendre des remarques par rapport à son physique.  

 

Publié le 27/11/2017 par Laurent Pécha

Partager sur Twitter
Partager sur Facebook

LES FILMS E-CINEMA

Ne ratez pas nos films e-cinéma

À lire également

Les derniers articles de notre blog.
Les news

Profitez de cinéma en hors-connexion pour vos vacances

Les news

Le Black Friday sur e-cinema.com

Les news

e-cinema.com disponible sur les Freebox Mini 4K via Google Play

Ciné story

Les meilleurs films de Noël

Les articles les plus lus

Ciné story

Top 10 des films pas chers qui rapportent un max

Tous les producteurs de la planète en rêvent : le jackpot du film au budget riquiqui qui cartonne au box-office mondial. Nous avons dressé...

Ciné story

La bataille des films de tueurs en série

Les films mettant en vedette des tueurs en série sont légions. À l’occasion du singulier My Friend Dahmer, disponible...

Les articles les plus partagés

Ciné story

Marvel vs Warner : qui a les meilleurs acteurs oscarisés ?

La bataille pour les sommets du box-office qui oppose Marvel et Warner via les adaptations des œuvres DC Comics est de plus en plus...

Ciné story

Top 10 des crashs auto au cinéma

À l'occasion de la sortie sur e-cinema.com de LA MÉMOIRE ASSASSINE qui contient un impressionnant accident de voiture, voici...