Ciné story
Dossiers

Bonne fête maman

Les films à voir avec sa mère pour lui faire passer un message

Ce dimanche 27 mai, c'est la fête des mères. L'occasion de déclarer son amour, sa gratitude et sa reconnaissance à celle sans qui nous n’existerions tout simplement pas. Mais aussi peut être d'autres messages. Et quoi de mieux que le cinéma pour parler à notre place.

Des films évoquant les rapports mère-enfants, le cinéma en accumule tellement au fil des siècles qu’à l’heure des choix, cela devient vite un casse-tête. Pour exemple, deux cinéastes majeurs de notre temps qui ont multiplié les œuvres sur le sujet ne se retrouvent pas directement citer dans notre classement. Pardon donc à Pedro Almodovar (Tout sur ma mère, Volver) et Xavier Dolan (Mommy, J’ai tué ma mère), mais pour passer des messages à nos mamans, on peut se faire un marathon de vos films. C’est donc parti pour les diverses déclarations et les films qui vont permettre de les faire.

 

Pour lui dire je t’aime

La Promesse de l'aube (2017) de Éric Barbier

La Promesse de l'aube (2017) de Éric Barbier

Bien sûr, le chef d’œuvre de Romain Gary est infiniment plus fort que le film d’Eric Barbier. Mais la lecture, c’est rarement ou plus difficilement collectif. Et comme le long-métrage est assez fidèle au roman surtout dans sa capacité à montrer la relation fusionnelle entre le héros et sa mère. Nul doute que son impact aux côtés de la sienne devrait faciliter les épanchements affectifs à la sortie de la salle.

 

Pour lui dire de nous lâcher la grappe

Ladybird (2017) de Greta Gerwig ou Moi, Tonya (2017) de Craig Gillespie

Deux films présents aux derniers Oscars notamment grâce à leur actrice principale (Saoirse Ronan et Margot Robbie) nommée à l'Oscar de la meilleure actrice (battue par Frances McDormand, incarnant une mère dans 3 bilboards les panneaux de la vengeance qui aurait pu se retrouver dans la catégorie « pour lui dire qu'elle est la plus forte ») qui évoquent l'influence plus que pesante, voire nocive de la mère. Une manière de rappeler qu'à vouloir trop bien faire, on finit par étouffer ceux que l'on aime le plus.


 

Pour lui dire qu’elle nous manque  

Good night Mother (1986) de Tom Moore   

Good night Mother (1986) de Tom Moore

Totalement méconnu, peu visible depuis sa sortie, ce drame à la puissance exceptionnelle est un monument d’émotions porté par deux actrices totalement habitées par leur rôle : Anne Bancroft et Sissy Spaceck. Un huis clos étouffant et glaçant où une fille annonce à sa mère qu’elle va se suicider et le combat durant une nuit d’une mère pour tenter d’empêcher l’irréparable.

 

Pour lui dire de refaire sa vie

Mamma mia ! (2008) de Phyllida Lloyd

Mamma mia ! (2008) de Phyllida Lloyd

Toujours délicat de donner des conseils de vie à son aînée et encore plus à sa génitrice. Alors, autant le faire en chansons, ça passe mieux. Bon, il ne faut pas qu’elle soit allergique à ABBA (et surtout à ABBA massacré par Pierce Brosnan). Cerise sur le gâteau, le 2 sort cet été de quoi asséner doublement le message pour les redoublantes.

 

Pour lui dire merci

Boyhood (2014) de Richard Linklater

Boyhood (2014) de Richard Linklater

Un film qui marche aussi en mode fête des pères, mais nettement plus mineur. Linklater a suivi pendant 12 ans ses comédiens pour dresser le portrait d’une vie de famille (décomposée) et comment notamment une mère courage élève ses deux jeunes enfants. Après avoir vu trimé la formidable Patricia Arquette avec une progéniture qui est au minimum mille fois moins pénible que nous, le merci va sortir tout seul et sera divinement bien accueilli.

 
 

Pour lui dire pardon

voyage à tokyo d'ozu

Freaky Friday : dans la peau de ma mère (2003) de Mark Waters ou Voyage à Tokyo (1953) de Yasujirō Ozu

Double ration à nouveau dans deux styles bien différents. La version décontractée, fun et la version cinéphile pointue. Dans les deux cas, on y décèle à leur façon respective l’injuste regard et comportement que peuvent avoir les enfants sur leurs parents et dans le cas présent leur mère. Sur ce, on vous laisse car associer Lindsay Lohan à Ozu, ça nous a fait la journée, et même le mois.

 

Pour lui dire qu’elle nous gonfle (un peu)

Prête-moi ta main (2006) d'Éric Lartigau

Là si on a des sœurs envahissantes, on fait coup double. La comédie de Lartigau montre un Alain Chabat prêt à tout pour empêcher sa mère (et donc aussi ses sœurs) de prendre totalement le contrôle de sa vie au point de le marier de force. Autre avantage, le message passe avec humour (le film étant vraiment très drôle) et ça, c’est précieux !

 
 

Pour lui dire que tout est de sa faute

psychose affiche

Psychose (1960) d'Alfred Hitchcock

Toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire mais quand il faut y aller, faut y aller ! Avec le classique d'Hitchcock, le message risque d'être fort de café mais cela aura le mérite d'être clair. Bref, c'est un peu la bombe atomique du message. À négocier avec précaution comme ils disent sur l'étiquette. Pour ceux qui n'ont rien compris à ces lignes, on accepte tous les remerciements d'usage pour ne pas vous avoir spoiler l'un des meilleurs films du monde. De rien, c'est cadeau !

 

Pour lui dire qu’elle sera toujours là dans notre cœur

Tendres passions (1983) de James L. Brooks

Tendres passions (1983) de James L. Brooks

Peut-être le film de ce dossier à voir en priorité avec sa chère et tendre maman (surtout si vous êtes une fille). Mais attention, on prévient tout de suite : il faut impérativement s’armer de kleenex. Mélo absolu à l’interprétation magistrale (Debra Winger, tu nous manques), le film est l’occasion de voir l’une des plus bouleversantes relations mère-fille. Lauréat de l’Oscar du meilleur film, le long-métrage a même pris une belle patine avec le temps.  Et puis il y a l’inoubliable thème musical composé par Michael Gore dont les notes de piano font toujours autant frissonner quand elles ne nous arrachent pas une dernière larme pour la route.

 

Pour lui dire qu’elle doit aimer sa belle-fille

affiche Sa mère ou moi (2005) de Robert Luketic

Sa mère ou moi (2005) de Robert Luketic

Bon, ok, ce n’est pas du grand cinéma, mais Jane Fonda et Jennifer Lopez forment un beau duo et le message passera parfaitement bien. En fait, pas sûr car les relations belle-mère/belle-fille, c’est un truc qui dépasse parfois toutes les théories connues du monde. En version beau-fils, on n’a pas trouvé.

 

Pour lui dire qu’il n’y a qu’elle qui compte

Mamma Roma (1962) de Pier Paolo Pasolini

Mamma Roma (1962) de Pier Paolo Pasolini

Grand film tragique de Pasolini illuminé par la mythique performance d’Anna Magnani en prostituée repentie, Mamma Roma permettra de se rendre compte si besoin à quel point une mère est prête à tout pour venir au secours de sa progéniture et lui donner une vie meilleure. Imparfaite, mais tellement essentielle.  

 

Pour lui dire de ne pas culpabiliser

bad moms affiche

 Bad Moms (2016) de  Jon Lucas et Scott Moore

Il y a toujours pire que soi et la mère parfaite n’existe pas (enfin si, c’est la nôtre, surtout dimanche). Alors, pour lui remonter le moral quand elle se dit qu’elle aurait dû faire ça ou faire si, un petit coup de Bad moms est parfait pour voir trois héroïnes découvrir les bienfaits du lâcher prise. Et se rappeler que pour être une bonne mère, faut déjà et avant tout être bien dans ses baskets. Le 2 est à déconseiller car les mères des bad moms entrent dans l'arène et ça peut créer des échanges avec la votre qui s'éloignent du but à atteindre ici.

 
 

Pour lui dire qu’elle est la plus forte

aliens affiche

Aliens, le retour (1986) de James Cameron

Avec une telle mère, on ne risque rien. Voir Ripley apparaître dans son exosquelette et balancer l’une des plus belles et jouissives répliques de l’Histoire du cinéma : « Get away from her, you bitch » à l’adresse de la reine mère alien qui s’apprête à bouffer la jeune Newt et se dire que notre génitrice a sans doute le même sang qui coule dans ses veines.

 

Pour lui dire qu’elle va être grand-mère

un heureux évènement affiche

Un heureux événement (2011) de Rémi Bezançon

Ce qui est bien, c’est que le message passe très vite puisque tout est dans le titre (et l'affiche). Et puis ce sera l’occasion de partager son savoir. Elle pourra vous dire si le film est plus proche de la fiction ou de la réalité. Bref, elle rejouera son rôle de mère alors qu’elle vient d’apprendre qu’elle va être grand-mère. Parfait !


 

Pour la mienne

Parce qu'en sortant de la salle de cinéma, je me souviens encore de ses yeux qui pétillaient et de cette phrase lâchée "c'est l'un des meilleurs films que j'ai vu au cinéma". J'ai eu envie de lui dire qu'elle n'en voyait pas non plus beaucoup mais le débat n'avait pas lieu d'être. Bonne fête maman !

 

Un grand merci à deux formidables femmes trentenaires sans qui ce dossier n’aurait pas été possible : Marianne Lesdos et Perrine Quennesson (et oui tu es trentenaire aujourd’hui, happy birthday).

Publié le 25/05/2018 par Laurent Pécha

Partager sur Twitter
Partager sur Facebook

LES FILMS E-CINEMA

Ne ratez pas nos films e-cinéma

À lire également

Les derniers articles de notre blog.
Les news

Profitez de cinéma en hors-connexion pour vos vacances

Les news

Le Black Friday sur e-cinema.com

Les news

e-cinema.com disponible sur les Freebox Mini 4K via Google Play

Ciné story

Les meilleurs films de Noël

Les articles les plus lus

Ciné story

Top 10 des films pas chers qui rapportent un max

Tous les producteurs de la planète en rêvent : le jackpot du film au budget riquiqui qui cartonne au box-office mondial. Nous avons dressé...

Ciné story

La bataille des films de tueurs en série

Les films mettant en vedette des tueurs en série sont légions. À l’occasion du singulier My Friend Dahmer, disponible...

Les articles les plus partagés

Ciné story

Marvel vs Warner : qui a les meilleurs acteurs oscarisés ?

La bataille pour les sommets du box-office qui oppose Marvel et Warner via les adaptations des œuvres DC Comics est de plus en plus...

Ciné story

Top 10 des crashs auto au cinéma

À l'occasion de la sortie sur e-cinema.com de LA MÉMOIRE ASSASSINE qui contient un impressionnant accident de voiture, voici...