Ciné Guide
Sorties cinéma

L'oublié des Oscars

Pentagon Papers : Steven s'en va-t-en guerre

2018 sera une grande année pour les fans de Spielberg. Deux films sortent en l’espace de quelques mois. Et ça commence très fort avec ce Pentagon Papers.

pentagon papers - critiquePays : USA

Durée : 1h55

Genre : Drame, thriller

Sortie : 24 janvier 2018

Réalisateur : Steven Spielberg

Distribution : Meryl Streep, Tom Hanks, Sarah Paulson, Bob Odenkirk, Bruce Greenwood, Tracy Letts

Histoire : En 1971 éclate aux Etats-Unis l'affaire des "Pentangon Papers", vaste fuite de renseignements liés à la Guerre du Vietnam. Les documents rendus publics par le Washington Post éclaboussent alors la classe politique US de l'époque.

 

 

Si faire du cinéma est un acte politique, Spielberg est depuis plus de 40 ans le plus grand militant de la planète. Sauf que le réalisateur ne s’était pas directement frotté à la sphère politique durant la plus grande partie de sa carrière. Privilégiant un angle plus historique (on pense à Empire du soleil, La Liste de Schindler ou encore Munich et plus récemment Cheval de guerre), le papa de E.T. a changé d’optique depuis sa rencontre avec le plus célèbre des Présidents américains, Lincoln. Hormis un Bon gros géant qui lui permit avant tout de rappeler sa place de conteur d’histoires, le cinéma de Spielberg s’inscrit depuis Lincoln en guide éclairé et pédagogue. Le paradoxe veut que pour nous parler de notre époque et mettre en exergue les garde-fous nécessaires, le cinéaste ait besoin de plonger dans une époque quelque peu éloignée. Mais, à bien regarder sa filmographie, force est de constater que Spielberg aime plonger ses protagonistes et spectateurs dans des périodes d’un autre temps pour mieux faire rejaillir l’universalité de son propos et ainsi rappeler que l’Histoire est souvent un éternel recommencement.

Et quand justement le bonhomme ressent en son for intérieur que l’administration Trump est sur le point à tout moment de mettre à mal certaines des valeurs fondamentales qu’il chérit, il prend les « armes », sa caméra et ses idées de narration toujours aussi magistrales pour signer une œuvre de résistance. Une œuvre faite dans l’urgence (à peine une année sépare les prémices du projet de sa sortie en salles) qui se ressent constamment à l’écran. Pentagon Papers file à la vitesse de l’éclair (une deuxième vision s’impose d’emblée pour en tirer toute la substantielle moelle). On y suit un double combat passionnant que Spielberg parvient avec une maestria impressionnante à mêler sans que jamais l’un prenne le pas sur l’autre : la liberté de la presse et le féminisme.

Évoquant une histoire moins connue que celle du Watergate qui vit Nixon démissionné de la présidence des USA, Spielberg pose en une première demi-heure d’une fluidité stimulante tous les enjeux de son récit. Faisant écho au dilemme qu’il avait parfaitement mis en lumière dans Lincoln (doit-on être hors-la-loi pour le bienfait de tous ?), Pentagon Papers laisse ses protagonistes se poser les questions d’éthiques de savoir s’il faut publier des papiers classés secret défense prouvant que le gouvernement sait depuis longtemps à quel point l’intervention américaine au Vietnam est néfaste pour le pays.

Un enjeu de taille que Spielberg filme à la façon d’un thriller avec une série de séquences au rythme haletant faisant (re)découvrir à quel point la nécessité d’informer ses concitoyens était un sacré sacerdoce. Il faut voir cette étonnante scène où les principaux membres du journal se lancent dans la maison de leur rédacteur en chef (Tom Hanks toujours aussi dans son élément chez Spielberg) à la pêche aux documents compromettants avec la montre qui tourne contre eux.

L’autre bataille que le film met en évidence et qui est donc tout aussi importante, est celle de la place de la femme dans les hautes sphères de décisions. Avec Meryl Streep pour incarner cette directrice du Washington Post, bien décidée à démontrer qu’elle n’est qu’une simple héritière mais une patronne visionnaire, Spielberg s’est trouvé la meilleure des alliées. La comédienne incarne à elle seule dans la vraie vie tout ce que les valeurs que le film défend, à commencer cette farouche opposition à Trump et sa présidence. Pour autant, l’actrice ne fait jamais du fan service et parvient totalement à s’effacer derrière le personnage, livrant une nouvelle fois une prestation oscarisable.

S’il avait pu paraître un poil en perte de vitesse avec ses derniers films (eu égard à sa prestigieuse filmographie), Spielberg prouve avec Pentagon Papers qu’il n’en est rien. Le maître de la narration cinématographique, c’est lui et personne d’autre. Pour preuve, cette géniale inspiration qui prend le risque de sucrer aux spectateurs ce qui en d’autres mains moins inspirées auraient servi de scène phare du film. Une certaine façon de rappeler que s’il est bien le digne héritier de Ford et Capra, il est également tout simplement Spielberg. Le plus grand conteur d’histoires vivant !

 

 

Publié le 24/01/2018 par Laurent Pécha

Partager sur Twitter
Partager sur Facebook

LES FILMS E-CINEMA

Ne ratez pas nos films e-cinéma

À lire également

Les derniers articles de notre blog.
Ciné story

Song Kang-ho, figure de la nouvelle vague coréenne

Les news

e-cinema.com disponible sur les Freebox Mini 4K via Google Play

Ciné story

Top 10 des pires remakes de films d'horreur

Ciné Guide

Le film Columbus projetée au Champs- Élysées Film Festival

Les articles les plus lus

Ciné story

Top 10 des films d'enlèvement d'enfant

À l'occasion de la sortie de Missing, où une jeune mère divorcée se fait kidnapper sa fille, retour sur 10 films...

Ciné story

Top 10 des films pas chers qui rapportent un max

Tous les producteurs de la planète en rêvent : le jackpot du film au budget riquiqui qui cartonne au box-office mondial. Nous avons dressé...

Les articles les plus partagés

Ciné story

Marvel vs Warner : qui a les meilleurs acteurs oscarisés ?

La bataille pour les sommets du box-office qui oppose Marvel et Warner via les adaptations des œuvres DC Comics est de plus en plus...

Ciné story

Top 10 des crashs auto au cinéma

À l'occasion de la sortie sur e-cinema.com de LA MÉMOIRE ASSASSINE qui contient un impressionnant accident de voiture, voici...