Ciné Guide
Sorties cinéma

Game over pour la concurrence

Ready player one : Spielberg tue le game

Le plus grand cinéaste vivant est (déjà) de retour pour nous divertir mais pas que. RPO ou l'histoire d'un film somme qui fait plus que mal à ses congénères.

Pays : USA

Durée : 2h20

Genre : Action / Science-fiction

Sortie : 28 mars 2018

Réalisateur : Steven Spielberg

Distribution : Tye Sheridan, Olivia Cooke, Ben Mendelsohn, T. J. Miller, Simon Pegg, Mark Rylance

Histoire : 2045. Le monde est au bord du chaos. Les êtres humains se réfugient dans l'OASIS, univers virtuel mis au point par le brillant et excentrique James Halliday (Mark Rylance). Avant de disparaître, celui-ci a décidé de léguer son immense fortune à quiconque découvrira l'œuf de Pâques numérique qu'il a pris soin de dissimuler dans l'OASIS. L'appât du gain provoque une compétition planétaire. Mais lorsqu'un jeune garçon, Wade Watts (Tye Sheridan), qui n'a pourtant pas le profil d'un héros, décide de participer à la chasse au trésor, il est plongé dans un monde parallèle à la fois mystérieux et inquiétant…

 

 

 

Deux mois se sont à peine écoulés depuis la sortie de Pentagon papers et voilà que l’on reparle d’un nouveau film de Steven Spielberg. On avait déjà connu cela de la part d’un cinéaste au rythme de production impressionnant (16 films sur les 20 dernières années) mais jamais avec si peu de temps pour reprendre son souffle. Prenant à la lettre la devise d’un de ses meilleurs films (Catch me if you can), Spielberg semble inarrêtable et l’âge avançant, il se sent pousser des ailes politiques qu’il n’a jamais vraiment eu au cœur des années 70-80 contrairement à ses autres amis réalisateurs (les Scorsese, Coppola et autres Lucas et De Palma) bien plus enclins à faire dans la rébellion contestataire. 

Après une sorte d’hommage au cinéma old school très politisé servant de piqure de rappel sur l’importance d’avoir une presse libre et une égalité de sexe, il revient en apparence avec Ready player one à un pur cinéma de divertissement qui a forgé son retentissant succès au fil des décennies. Pour autant, s’il est question de plaisir visuel inouï, la coquille est loin d’être vide. La découverte du film s’accompagne d’un message presque testamentaire, d’un regard d’une lucidité étonnante d’un artiste faisant le bilan d’une culture et d’un mode de vie qu’il a plus que grandement contribué à façonner.

Sorte de sommet du cinéma spielbergien où l’on retrouve toutes les facettes du cinéaste que l’on aime depuis plus de 40 ans, Ready player one constitue une bouffée d’oxygène plus que salvatrice à l’heure où les blockbusters américains semblent constamment user des mêmes formules.

ready player one la critique

Et pourtant, tout semblait indiquer que le chemin choisi par Spielberg allait donner une sorte de best of brillant mais vain. En adaptant un best-seller de la culture geek (Player one d’Ernest Cline) où les références à son cinéma sont omniprésentes, le réalisateur d’E.T. l’extraterrestre jouait sur du velours. Pour preuve, ce cri du cœur lancé par bon nombre pour expliquer à quel point le bonhomme était l’homme de la situation pour un tel projet. Que le film soit donc une réussite visuelle étourdissante à l’image de ses séquences d’action au découpage proprement monstrueux (on a envie de faire pause à chaque plan de la course de voitures pour pouvoir rugir calmement de plaisir), semble d’une évidence presque confondante même si le souvenir d’un bien médiocre Indiana Jones 4 reste toujours coincé dans un coin de notre tête.

Mais là où il étonne et fascine, c’est sa capacité à échapper complètement au redouté check-point de la culture geek pour se diriger par le biais d’une étourdissante démonstration de savoir-faire technique (l’ahurissante inventivité du mélange réalité-virtualité) vers une réflexion bouleversante sur ce qu’est devenue l’industrie du divertissement. Ou comment Spielberg, tel le paradoxe ultime, se présente comme le garde-fou d’une société devenue tellement accroc à cette culture et ses références qu’elle ne se rend plus compte que son essence même s’est perdue au profit de prédateurs prêts à tout pour capitaliser dessus.  

Sous couvert d’un blockbuster somme au rythme trépignant qui au passage règle son compte au méta-cinéma à travers la séquence la plus jouissive du genre, Steven Spielberg livre un de ses films les plus politiques en replaçant l’importance capitale du réel dans notre quotidien. Un pied de nez magistral pour un film qui nous aura fait rêver durant plus de deux heures !

Publié le 27/03/2018 par Laurent Pécha

Partager sur Twitter
Partager sur Facebook

LES FILMS E-CINEMA

Ne ratez pas nos films e-cinéma

À lire également

Les derniers articles de notre blog.
Ciné story

Song Kang-ho, figure de la nouvelle vague coréenne

Les news

e-cinema.com disponible sur les Freebox Mini 4K via Google Play

Ciné story

Top 10 des pires remakes de films d'horreur

Ciné Guide

Le film Columbus projetée au Champs- Élysées Film Festival

Les articles les plus lus

Ciné story

Top 10 des films d'enlèvement d'enfant

À l'occasion de la sortie de Missing, où une jeune mère divorcée se fait kidnapper sa fille, retour sur 10 films...

Ciné story

Top 10 des films pas chers qui rapportent un max

Tous les producteurs de la planète en rêvent : le jackpot du film au budget riquiqui qui cartonne au box-office mondial. Nous avons dressé...

Les articles les plus partagés

Ciné story

Marvel vs Warner : qui a les meilleurs acteurs oscarisés ?

La bataille pour les sommets du box-office qui oppose Marvel et Warner via les adaptations des œuvres DC Comics est de plus en plus...

Ciné story

Top 10 des crashs auto au cinéma

À l'occasion de la sortie sur e-cinema.com de LA MÉMOIRE ASSASSINE qui contient un impressionnant accident de voiture, voici...