Ciné Guide
Sorties e-cinéma

Interdiction de descendre

Top 10 des films dans un train

Dans Le train de sel et de sucre, à l'affiche cette semaine sur e-cinema.com, l'essentiel du récit se déroule à bord de ce moyen de locomotion qui a inspiré bon nombre de cinéastes par le passé. Retour sur 10 films mémorables.

En préparant ce dossier, on a tenu compte d'un élément primordial : l'essentiel de l'intrigue et du récit devait se dérouler à bord du train. Il a donc fallu laisser de côté certains films qui proposaient parfois une longue séquence de train époustouflante (comme c'est le cas par exemple dans Mission : Impossible ou encore La Grande attaque du train d'or). Certains films ont été éliminés à regret, car le train devient anecdotique voire disparaît durant une majeure partie de l'histoire (c'est le cas de l'excellent Wes Anderson, À bord du Darjeeling Limited). Notre plus grand regret : l'absence de Snowpiercer, le transperceneige. Mais, vous allez le découvrir, la concurrence était rude et la présence sud-coréenne est assurée par un autre film.

 

10

Le Crime de l’Orient Express (1974) de Sidney Lumet

Le Crime de l’Orient Express (1974) affiche

 On oublie l’affreux remake réalisé par Kenneth Branagh sorti fin 2017 pour se concentrer sur le film « original ». Adaptant l’un des plus célèbres romans d’Agatha Christie, l’auteur de 12 hommes en colère démontre qu’il n’a pas son pareil pour faire évoluer une intrigue en vase clos. Dopé par un casting absolument vertigineux (une bonne dizaine de stars dont Lauren Bacall, Sean Connery ou encore Ingrid Bergman), Le Crime de l’Orient Express est un incontournable quand on évoque une œuvre se situant dans un train. À défaut d’être un grand film et bien loin effectivement des meilleurs de son auteur.

 

9

Aux frontières des Indes (1959) de Jack Lee. Thompson

Lauren Bacall aime les trains puisqu’on la retrouve en héroïne protectrice dans ce film d’aventures signé par le futur réalisateur des Canons de Navarone. Sans doute le film le plus méconnu de notre top, il n’en demeure pas moins un excellent divertissement où le suspens et l’action s’enchaînent avec un tempo brillant, avec un sens du dépaysement souvent grandiose grâce aux majestueux décors naturels admirablement mis en valeur par le cinémascope du directeur photo de 2001 l’odyssée de l’espace.

 

8

Shanghaï Express (1932) de Josef von Sternberg

affiche de Shanghaï Express (1932) de Josef von Sternberg

L’un des plus célèbres duos de l’Histoire du cinéma, Sternberg-Dietrich, se retrouve déjà pour la 4ème fois après leur chef d’œuvre, L’Ange bleu en 1930. Suivront encore trois autres films. Si on retient effectivement plus leur première collaboration, Shanghaï Express reste l’œuvre qui installa définitivement le mythe Dietrich. Dans son rôle de diva aventurière au spleen attendrissant, la comédienne allemande est fascinante, à l’image de ses incroyables tenues noires. Elle donne tout le peps nécessaire à ce quasi huis clos dans un train qui, en termes d’enjeux émotionnels et politiques, a pris quelques rides évidentes.    

marlene dietrich dans Shanghaï Express (1932) de Josef von Sternberg

 

7

Runaway train (1985) d'Andreï Kontchalovski

affiche de Runaway train (1985) d'Andreï Kontchalovski

Exilé russe aux USA après un prix à Cannes en 1979 pour Sibériade, Andreï Kontchalovski aura l’occasion à la fin des années 80 de diriger Stallone dans Tango & Cash. Mais avant, il réalisa son chef d’œuvre avec ce Runaway train qui a la particularité de se baser sur un scénario de l’immense cinéaste japonais, Akira Kurosawa. On a failli l’éliminer de notre classement puisque la partie train du récit met plus qu’une grosse demi-heure à arriver. Mais, l’heure suivante est tellement haletante, spectaculaire et émotionnellement puissante, avec à la clé un final inoubliable, qu’on était obligé de le citer et encourager quiconque à découvrir ce formidable film porté par des comédiens au sommet de leur art (Eric Roberts et surtout l’immense Jon Voight furent tous deux nommés à l’Oscar du meilleur second rôle).

Runaway train (1985) d'Andreï Kontchalovski

 

6

Une femme disparaît (1938) d'Alfred Hitchcock

affiche de Une femme disparaît (1938) d'Alfred Hitchcock

En partance pour l’Amérique, Hitchcock offrait à son Angleterre natale une dernière pépite du genre. Si Les 39 marches reste son chef d’œuvre période anglaise, Une femme disparaît n’est pas loin avec son côté variation caustique de l’univers d’Agatha Christie. Il faut une bonne vingtaine de minutes pour que tous les voyageurs embarquent dans le train et que l’intrigue autour de cette femme qui disparaît sans que personne sauf notre héroïne ne s’en aperçoive. Presque plus comédie que suspens, le film file vite et fait la part belle à une brochette de rôles secondaires qu’Hitchcock croque avec truculence.    

 Une femme disparaît (1938) d'Alfred Hitchcock

 

5

L’Énigme du Chicago Express (1952) de Richard Fleischer

affiche de L’Énigme du Chicago Express (1952) de Richard Fleischer

Touche à tout brillant à la carrière constamment sous-estimée, Richard Fleischer est une source d’inspiration sans fin quand il s’agit de faire des tops. La preuve ici avec cette série B ultra efficace (moins de 80 minutes au compteur) qui nous entraîne dans un jeu de chat et la souris au sein d’un train. D’un côté un flic et une femme, témoin capital pour un procès. De l’autre, une brochette d’assassins bien décidés à ce qu’elle ne parle jamais. Cerise sur le gâteau, personne ne sait vraiment qui est qui (et parfois même le spectateur). D’où un incessant et passionnant jeu de dupes que l’étroitesse des couloirs du train rend encore plus anxiogène. À noter que le solide Peter Hyams en tira un très honnête remake en 1990 avec Gene Hackman et Anne Archer (Le Seul témoin).

L’Énigme du Chicago Express (1952) de Richard Fleischer

 

4

Dernier train pour Busan (2016) de Yeon Sang-ho 

affiche de Dernier train pour Busan (2016) de Yeon Sang-ho

Changement de pays, d’époque et de style pour ce qui fut un des chocs de l’édition 2016 du festival de Cannes. Présenté en séance de minuit, cette bombe coréenne revisite l’univers des morts-vivants avec une efficacité titanesque. Constamment inventif, sachant parfaitement asséné ses séquences chocs et parvenant même à être bouleversant au détour d’un sublime plan, Dernier train pour Busan mélange les genres avec une réussite totale. Des zombies dans un train à grande vitesse ou comment à partir d’un pitch que n’importe qui pourrait lancer à la fin d’une soirée bien arrosée, Yeon Sang-ho démontre que le cinéma coréen a actuellement mille coups d’avance sur la concurrence lorsqu’il s’agit de traiter le genre.  

Dernier train pour Busan (2016) de Yeon Sang-ho  

 

3

Le Dernier train du Katanga (1968) de Jack Cardiff

 affiche de Le Dernier train du Katanga (1968) de Jack Cardiff

On reste dans le domaine d’un cinéma violent avec le cultissime film de Jack Cardiff. Cet immense directeur de la photo (Les Chaussons rouges, Le Narcisse noir, Pandora, Les Vikings et même Rambo 2) s’est essayé plusieurs fois à la mise en scène. Sa plus grande réussite reste ce récit d’aventures sanglant au cœur d’une Afrique en guerre qui ne laisse aucune chance aux plus faibles. A l’image d’un poster incroyable qui annonce parfaitement la couleur (même si un peu mensonger tant le combat à la tronçonneuse est loin d’être aussi impressionnant sur l’écran), Le Dernier train du Katanga est une série B survitaminée qui n’hésite à montrer la violence de la manière la plus crue possible. Le film a les défauts inhérents à beaucoup de séries B où le jeu de certains comédiens est un peu faible (Yvette Mimieux en tête) pendant que le scénario enfile quelques clichés presque incontournables. Mais le message sur la sauvagerie de l’homme et la nécessité de se comporter en être civilisé passe parfaitement bien. Surtout quand on vient d’assister à quelques-unes des scènes les plus choquantes de l’époque, qui, encore aujourd’hui, continue d’impressionner la rétine par leur brutalité absolue.  

Le Dernier train du Katanga (1968) de Jack Cardiff

 

2

L'Empereur du Nord (1973) de Robert Aldrich

affiche us de L'Empereur du Nord (1973) de Robert Aldrich

En 1973, après plus de vingt ans de carrière, Robert Aldrich prouve qu’il n’a rien perdu de sa capacité à provoquer et aller jusqu’au bout des choses. Avec ce récit proche d’un Tex Avery piratée par la violence jusqu'au-boutiste d’un Peckinpah, le réalisateur des 12 Salopards nous offre l’un des plus impressionnants affrontements de l’Histoire du cinéma. Pas besoin d’assembler des dizaines de super-héros à l’écran pour tenter d’obtenir un spectacle hors du commun et mémorable quand il suffit de filmer les charismatiques Lee Marvin et Ernest Borgnine se foutre sur la gueule. L’un veut monter clandestinement sur un train pour prouver qu’il est bien cet empereur du Nord. L’autre est le conducteur du train bien décidé à ne pas laisser le resquilleur parvenir à ses fins. Et tous les coups sont permis avec en tête la seule règle qui compte : la loi du plus fort !

lee marvin dans L'Empereur du Nord (1973) de Robert Aldrich

 

1

Le Mécano de la Générale (1926) de Buster Keaton et Clyde Bruckman

affiche de Le Mécano de la Générale (1926) de Buster Keaton et Clyde Bruckman

Parfois avec certains classiques, on prend des pincettes. On leur reconnaît leur audace, leurs qualités tout en ayant une pensée sur le fait que tout ceci a inévitablement pris un sacré coup de vieux. Avec Le Mécano de la Générale, il n’en est rien ! Et c’est même presque hallucinant de se rendre compte à quel point le film de Buster Keaton est d’une modernité intacte. En termes d’action et de gags, il continue même d’exploser la concurrence depuis plus de 90 ans. Trésor inestimable et inépuisable de situations comiques et spectaculaires (rappelant à quel point Keaton était un cascadeur de génie), le film est à l’image de sa locomotive star : insaisissable et fascinant. Si vous n’avez jamais vu ces 80 minutes de pur cinéma, vous n’avez aucune excuse et surtout vous savez ce qui vous reste à faire. À cheval sur la Générale !  

buster keaton dans affiche de Le Mécano de la Générale (1926)

Publié le 15/05/2018 par Laurent Pécha

Partager sur Twitter
Partager sur Facebook

LES FILMS E-CINEMA

Ne ratez pas nos films e-cinéma

À lire également

Les derniers articles de notre blog.
Les news

Profitez de cinéma en hors-connexion pour vos vacances

Les news

Le Black Friday sur e-cinema.com

Les news

e-cinema.com disponible sur les Freebox Mini 4K via Google Play

Ciné story

Les meilleurs films de Noël

Les articles les plus lus

Ciné story

Top 10 des films pas chers qui rapportent un max

Tous les producteurs de la planète en rêvent : le jackpot du film au budget riquiqui qui cartonne au box-office mondial. Nous avons dressé...

Ciné story

La bataille des films de tueurs en série

Les films mettant en vedette des tueurs en série sont légions. À l’occasion du singulier My Friend Dahmer, disponible...

Les articles les plus partagés

Ciné story

Marvel vs Warner : qui a les meilleurs acteurs oscarisés ?

La bataille pour les sommets du box-office qui oppose Marvel et Warner via les adaptations des œuvres DC Comics est de plus en plus...

Ciné story

Top 10 des crashs auto au cinéma

À l'occasion de la sortie sur e-cinema.com de LA MÉMOIRE ASSASSINE qui contient un impressionnant accident de voiture, voici...